Lover's doll

Publié le par Husk of yaoi

Lover's doll

Premier manga de Kazuhiko Mishima a être parut en France, sa dernière sortie, "Brother shuffle", a aussi été une bonne lecture. Mais j'ai décidé de faire une chronique sur celui-ci, avec la prétention de vous le faire découvrir, et pourquoi pas, vous donné l'envie de l'acheter !

Résumé : Shin vient d'acheter une nouvelle poupée, d'une beauté exceptionnelle, qu'il a nommée Bolet. Mais Bolet est aussi connu sous le nom de Bloody Doll, car il peut prendre vie, parler, bouger, et changer de taille à volonté. Mignon quand il est petit et canon à taille humaine, aussi arrogant qu'innocent, il va découvrir aux côtés de Shin tout les sentiments humains : La tristesse, la jalousie, et peut-être, un jour, l'amour. Leur vie à deux aurait presque put être idéal...

Je dois avoué que le résumé m'avait attiré, assez original dans le monde du boy's love, j'accueil toujours le surnaturel à bras ouverts !

Ce côté surnaturel est apporté par Bolet, poupée prenant vit et changeant de taille à volonté. Lui et son "maitre", Shin, ont une relation vraiment mignonne et touchante.  Bolet parait des fois un peu énervant, mais c'est avant tout pour se protéger qu'il agit ainsi, et Shin restera patient et à l'écoute pour le comprendre et l'accepter. Ensemble, ils affrontera le destin de Bolet, Bloody Doll, nimbé de déceptions,

Le récit de manière général est sympathique mais souffre de quelques maladresses, et en premier lieux, certaines réactions, ou répliques des personnages. Sans rentrer dans les détails, il m'a semblé par moments que l'auteure prenait des facilités pour passé quelques événements de l'intrigue. Et à certains moments, les personnages m'ont parut ... Peu futés. De plus, certains éléments de l'intrigues auraient mérités quelques développements, par exemple, suivre Bolet dans sa découverte de la vie quotidienne.

Enfin, ces quelques point noir n'entaches que peu le tableau, qui, de toute façon, se veut irréaliste et léger. J'ai d'ailleurs eu quelques franches rigolades pendant quelques scènes, Bolet y étant pour beaucoup.

La conclusion du récit est satisfaisante et m'a personnellement touché, j'ai trouvé le personnage de Shin incroyablement courageux, ou fou, je ne sais pas trop.

Lover's doll
Lover's doll

Les dessins sont agréables à regarder. Bolet taille poupée est tellement mignon ! L'auteure a apporté un soin nécessaire aux tenue qu'il portait, d'ailleurs, certaines tenues inédites sont présentes en illustration de chapitre. Mais quand j'ai comparé avec son one-shot récent, "Brother shuffle", je me suis dis qu'elle a bien progressée depuis !

En résumé, ce fut une bonne lecture. Mieux vaut débrancher son cerveau en lisant ce manga, et si on omet quelques détails un peu ratés, le tout est cohérent et dynamique.

N'hésitez pas à vous abonner à la newsletters pour être tenu au courant de la sortie des prochains articles !

Merci d'avoir pris le temps de lire cette chronique, à bientôt !

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article