Labradorescence

Publié le par Husk of yaoi

Labradorescence

Bonjour ! Aujourd'hui, je vous écrit une chronique sur "Labradorescence", premier et pour l'instant seul manga de Ymz a être sorti en France.

Résumé : Shunji Fujishiro, photographe, se réveille un matin dans un lit d’hôpital, où il a été transporté après avoir perdu conscience lors d’une chute dans un escalier. Il est aussitôt surpris et irrité par l’attitude désinvolte du médecin qui s’occupe de lui, Mutsumi Higa ; leur rencontre, pourtant, insuffle à Shunji la motivation et l’inspiration dont il avait besoin pour ses projets de photographie. Quant à Mutsumi, il est intrigué par Shunji, dont le caractère honnête et impulsif est diamétralement opposé au sien...

Ce boy's love est une pépite ! Je veux voir d'autres œuvres de cette auteure publiées en France !
Excusez moi, pour reprendre donc ma chronique, je vais dire ce que je pense de l'histoire.. C'est très bien, vraiment bon même ! On a ici un one-shot tranche de vie, le rythme peu sembler lent pour certain, mais de mon point de vue, l'auteure prend juste le temps de mettre en place la relation entre les personnages et d'approfondir chacun d'entre eux. L'ambiance qui se dégage du manga est feutrée, semble parfois même flirtée avec la mélancolie, douce et poétique.

Nous avons ici une romance qui peut pourtant sembler clichée aux premiers abords, un médecin... et son patient. Et c'est vrai que l'auteure a adoptée une certaine facilité pour se faire rencontrer les personnages, mais de toute façon, je préfère largement ceci plutôt que de simples amis d'enfances.

Les quelques touches d'originalités apportés par ces derniers peuvent semblé illusoires, mais sont illustré avec une grande finesse. Je m'explique, Mutsumi, médecin, est quelques peu taciturne et semble avoir un caractère difficile a cerner. Néanmoins, à la suite de sa rencontre avec Shunji, ses horizons vont peu à peu s'élargir pour découvrir de nouvelles choses. Par exemple, à travers une exposition de photographie, Shunji abordera ce qui se "cache" derrière les photos, ce qui attisera l'intérêt de Mutsumi. Grâce à ce genre de passages, ce dernier en apprendra plus, certes, sur la photographie, mais aussi sur les gens, ainsi que sur lui-même. C'est ce monde d'émotion qui le fera évoluer et prendre conscience qui il est.

Labradorescence est donc un très bon shonen aï. D'un point de vue scénaristique, ses qualités sont nombreuses. Outres les bons personnages que nous offre l'auteure, la lecture de l'œuvre se faite fluide, j'ai passé un excellent moment. On peut également ajouter à tout cela un autre point fort du manga, les dessins.

LabradorescenceLabradorescence

Crédit image : http://ak-anthos.tumblr.com/image/132689745357

Car, si l'auteure sait construire un récit, elle sait également très bien l'illustrer. Son trait est unique et j'ai personnellement beaucoup aimé. La façon dont elle dessine les yeux et les visages vue de trois quarts est juste marquante et sublime. Les planches fourmillent de détailles, l'environnement dans lequel se trouve et évolue les personnages est toujours dessiné, tant et si bien que j'aurais tendance à comparer cette œuvre à celles de Kii Kana. Le découpage est lui aussi parfaitement maitrisé et appuie quand il faut certains passages du récit. C'est du très beau travail, mais j'aurais juste une petite remarque à faire... Il n'y a pas une grande diversité de visage. Mais heureusement il n'y a pas une trop grande diversité de personnage, donc personnellement ça ne m'a pas dérangé outre mesure dans ma lecture.

En résumé, je suis amoureux de cet œuvre. C'est fin, sensible et très beaux visuellement. Un shonen aï comme il en faudrait bien plus en France... Je croise les doigts pour que d'autres de ces manga soient publiés !

Merci d'avoir pris le temps de lire cet article, à bientôt !

Publié dans Chroniques

Commenter cet article