The first love melt in ultramarine

Publié le par Husk of yaoi

The first love melt in ultramarine

Je suis toujours impatient de découvrir une nouvelle sortie de Ringo Yuki, après "Goodbye lilac", que nous réserve "The first love melt in ultramarine" ?

Résumé : Suite à une grave blessure à l’épaule, Kengo se voit contraint d’arrêter le baseball. Alors qu’il est totalement déprimé et perdu depuis la perte de sa passion, il fait la rencontre d’un étrange élève dans la salle de musique de son lycée. Yoshioka est en fait un camarade de classe de Kengo, mais pour une mystérieuse raison, il ne suit plus les cours depuis un an. La musique semble être sa seule échappatoire face aux démons de son passé. De son côté, Kengo ne peut rester impassible et décide de rester près de lui. Une lueur d’espoir vient d’apparaître... 

L'auteure nous montre une facette obscure des écoles, et mettra en parallèle deux vécus. 
Dés le début, nous feront connaissance de Kengo, joueur de baseball en convalescence. Un peu déprimé, des notes de piano le feront sortir de sa torpeur, et c'est ainsi qu'il fera la rencontre du deuxième protagoniste de l'histoire, Yoshioka. Si le premier est un sportif aimant parler et rire avec ses amis, le second, lui, est bien plus introverti et réservé.

Classique me direz-vous ? Et bien non. Les raisons qui poussent Yoshioka a avoir cette personnalité sont très largement compréhensibles. Ce n'est pas qu'un bel éphèbe ténébreux, le personnage est bien plus travaillé, en particulier vis à vis de son passé, qui nous sera dévoilé dans des flash-back dur à lire.

Cette oeuvre nous présente d'autre personnages, en particulier Monsieur Kuramada, professeur de musique, qui sera la personne qui créera le lien entre les deux garçons. Ces derniers auront, tout au long du manga, une belle évolution. Si Kengo paraîtra superficiel aux premiers abords, sa rencontre avec Yoshioka le fera changer, devenant plus mature et réfléchis. Il aidera ce dernier dans sa reconstruction, se présentant dorénavant comme un pilier pour le pianiste. Celui-ci, d'ailleurs, s'ouvrira au monde, et pourra se délivré du poids de son passé.

Une fois encore, Ringo Yuki réussit avec talent a parler de sujets délicats sans rentrer dans le trop pleins de larmes. 

Néanmoins, petit bémol pour la conclusion, que j'ai trouver un peu précipitée. Le récit aurait mérité un chapitre supplémentaire pour clore cette histoire.

The first love melt in ultramarine
The first love melt in ultramarine

Les dessins sont très agréables à regarder. L'auteure possède des trins fins et soignés. Les protagonistes disposent de grandes palettes d'émotions, l'essentiel de celles-ci passent par le visage et la gestuelle, témoignant d'une certaine maîtrise du traitement du silence. Les décors sont assez représentés pour visualiser où les personnages se trouvent. Quand au découpage, il est bien travaillé, accompagnant avec perfection les moments que vivent les personnages. En résumé, c'est du très bon travail.

"The first love melt in ultramarine" est une grande réussite. Taïfu nous offre ici une autre claque sur le thème de l'homophobie. Après "Love stories", voici un ouvrage parlant avec un certain réalisme de cette haine de l'autre. Si ce n'est pas déjà fait, foncez le lire !

N'hésitez pas à vous abonner à la newsletters pour être tenu au courant de la sortie des prochains articles !

Merci d'avoir pris le temps de lire cet article, à bientôt pour les chroniques sur les sorties de boy's love idp !

Autre oeuvres de l'auteure chroniquées : Tamayura,  Good bye lilac

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article