Tadaima, Okaeri - "Bienvenue à la maison !"

Publié le par Husk of yaoi

Tadaima, Okaeri - "Bienvenue à la maison !"

"Tadaima, Okaeri", premier manga de Ichi Ichikawa a être publié en France, est également le premier manga boy's love "omegaverse" de sorti en France. 

Résumé : Fujiyoshi Masaki est un homme au foyer qui n'a pas vraiment confiance en lui. C'est en vivant au quotidien avec Hikari, le fils de deux ans qu'il a eu avec Hiromu, un salaryman influent, qu'il va doucement apprendre à s'accepter. Au rythme des joies et des peines, plus le temps passe, et plus la petite famille resserre ses liens. Bienvenue dans le cercle de la famille Fujiyoshi, laissez-vous griser par leurs tendresse !

Cette lecture est un immense coup de cœur . Je suis mort deux fois pendant ma lecture au vue de la mignonnerie qui se dégage de l'oeuvre. Ce qui est positif. 

Plusieurs sujets seront traités à travers cette histoire, la pression social et les préjugés en feront partis. On se rend rapidement compte, en lisant le manga, du rejet des personnes "Oméga", et des discriminations à leur encontre. Bien que les mentalités évoluent, certains clichés demeurent, ce qui cause du tort à bien des gens, et pas qu'aux Omégas. Car, avant tout, l'omegaverse, comme expliqué pendant les premières pages du manga, (qui nous introduisent à cet univers), est une satyre sociale. Car, comme avec d'autres genres, c'est au travers du fantastique, de l'extraordinaire, que des critiques et points de vues seront formulés pour dénoncer certains vices de notre société. Ici, l'omegaverse oppose autant les milieux sociaux, les différences de peaux, de genres, de sexualités, de romantismes, de philosophies de vie...

C'est pour ce genre de raisons que l'omageverse, comme d'autres genres de littératures fantastiques, m'intéresse.

Un autre sujet sera traité, avec autant de soin, celui de la famille. Dans ce monde, bien que le canon hétéro semble encore existé, il reste bien moins présent et ancré dans les meurs que dans nos sociétés. Ici, c'est une famille homoparentale et interclasse qui nous est présentée. Et c'est trop mignon. Certains peuvent bien les trouvés niais, personnellement, je les voit comme une famille forte, ayant essuyée reproches et rejets, pour finalement arrivée à se construire et vivre, envers et contre l'intolérance. C'est beau, porteur de messages positifs, c'est, à mon goût, une belle revendication. Être avec la personne qu'on aime, et avoir un enfant avec, quelque soit son genre. 

Bien sûr, comme écrit plus haut, une bonne dose de mignonnerie est insufflée dans l'oeuvre. Et ce, en particulier, grâce à Hikari, petit bout de choux adorablement mignon. Je gagatise. Sans m'éparpiller, j'ai trouvé ce petit personnage très mignon, mais également intéressant. Il apporte une certaine stabilité dans ce couple, et, malgré son jeune âge, arrive à comprendre le monde qui l'entoure et le rend meilleur.

Sans trop vous en dévoiler, j'ai aimé les personnages de ce manga. Et, bien que la jalousie du "mâle alpha" soit quelque peu exacerbée, le reste m'a parut censé et équilibré.

Tadaima, Okaeri - "Bienvenue à la maison !"Tadaima, Okaeri - "Bienvenue à la maison !"

Les dessins sont adorables. Autant les personnages adultes sont beaux et charmants, autant Hikari est à croquer ! Il est tellement mignon ! L'auteure possède un trait affirmé, je n'ai repéré aucune coquille, aucune case moins bien dessinée que l'autre. Le découpage est également bien réussi, le tramage souligne parfaitement l'ambiance chaleureuse qui se dégage du manga. C'est un sans faute !

En résumé, je vous conseille à 100% ce manga. C'est une lecture feel good, j'en ressort réconforté et heureux.

Merci d'avoir pris le temps de lire cet article. J'ai hâte de découvrir d'autres Omégaverse ! À bientôt !

Publié dans Chroniques

Commenter cet article