Good bye lilac

Publié le par Husk of yaoi

Good bye lilac

Premier manga de Ringo Yuki que je chronique ici ! J'aime beaucoup cette auteure pour la justesse de ses récits et ses traits délicats.

Résumé : Pour Kasai, enseignant au lycée, le jeune Reiji Katô est un élève à problèmes, difficile à gérer ; malgré tout, il ne peut pas s’empêcher d’éprouver une vive affection pour lui. Mais la situation se complique lorsque Katô lui fait une déclaration d’amour... Très professionnel, Kasai refuse ses avances, et Katô quitte le lycée après la remise des diplômes. Des années plus tard, il intègre le même lycée que Kasai, mais en tant que professeur, cette fois...


De prime à bord, et j'ai l'impression que ça m'arrive de plus en plus souvent, le résumé ne me donnais pas vraiment envie. La romance entre un professeur et un ancien élève n'ayant rien d'originale, je restais néanmoins curieux de découvrir cette nouvelle œuvre de l'auteure. Son précédent titre, "Tamayura", ayant été un coup de cœur.

Le premier chapitre servant à mettre en place le commencement de leur relation, il ne s'y passe pas grand chose, on y fait la connaissance des personnages. On voit que Reiji n'est pas qu'un simple lycéen, il semble plus réfléchi et mature, comme en témoigne sa réaction une fois qu'il se sera prit un râteau de la part de son professeur. Néanmoins le personnage prendra réellement consistance plus tard dans l'histoire, une fois devenu professeur et collègue de Kasai.

Les choses vraiment intéressantes ici sont, pour commencer, la relation entre Kasai et Reiji. Bien qu'étant maintenant au même "niveau", ils ne vivront pas directement une romance, car une flopée d'obstacles se dresseront entre eux, et le premier, ce n'est ni plus ni moins que le lycée. Étant un univers fermé, une relation amoureuse entre deux hommes aura beaucoup de chances de se faire connaître. Des rumeurs peuvent très rapidement se propager et prendre de l'ampleur, causant de sérieux problèmes aux personnes concernés, et c'est là où la mangaka a réussi à me surprendre. Le cadre du lycée est traité avec un certain réalisme. On peut voir notamment l'amour que porte les professeurs à leurs élèves, on se rend compte qu'il y a, malgré tout, un attachement émotionnel qui se produit. En revanche celui-ci est très fragile, ce milieu pouvant se montrer incroyablement cruel dès qu'une personne est identifié comme "différente". Les évènements pouvant aller très loin.

Si ce manga a été un coup de cœur pour moi, c'est vraiment grâce à cet univers. Souvent décrit de manières fantaisistes dans beaucoup de manga, le milieux scolaire est ici montré de façon réaliste, ce qui atteste d'une certaine originalité de la part de l'œuvre.

Mais rassurez-vous, on assistera à des scènes mignonnes, notamment celles où les deux personnages se rapprochent. Ils nous feront sourire, nous émouvoir, nous inquiéter. En résumé, leur romance est bien scénarisée et ne semble pas "forcée". C'est du moins ce que j'en ai tiré.

Good bye lilacGood bye lilac

Les dessins sont très agréables, fins et délicats, les traits de Ringo Yuki servent complétement ses récits doux et mélancoliques. Les décors, bien que peu présents, ne manquent pas; on arrive à situer les personnages. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais concernant les expressions de ses personnages, je les trouvent adorables quand ils manifestent de la surprise, je ne me l'explique pas.

Et voilà pour "Goodbye lilac". Je compte bien vous chroniquer son précédent titre, "Tamayura", ainsi que son prochain à sortir, "The first love melt in ultramarine".
En revanche, il n'y aura pas d'article sur "Konshuku melancholic", étant un recueil, il a été une moins bonne lecture. Bien qu'étant sympathique, ça reste une oeuvre de Ringo Yuki.

Merci d'avoir pris le temps de lire cet article, je vous dis à bientôt pour un prochain billet !

Autre oeuvres de l'auteure chroniqués : Tamayura, The first love melt in ultramarine

Publié dans Chroniques

Commenter cet article