NightS

Publié le par Husk of yaoï

NightS

Après son cultisime "Twittering birds never fly", je vais aujourd'hui consacré un article sur son receuil d'histoires, "Nights". Le seul de ses titres publié par un ancien concurrent de Taïfu : Asuka !

"Nights" se compose de trois histoires indépendantes. La première, "NightS", se situe dans le milieux mafieux, la deuxième," ¨Prism of feelings", se passe au lycée, et la troisième, "Reply", chez un concessionnaire automobile.

Résumé : Naviguant entre sensibilité et psychologie, Kou Yoneda nous livre un recueil de trois belles histoires d'amour. Alors que "Prism of Feelings" traite d'une histoire rafraîchissante sur l'éveil des sentiments entre deux lycéens, "Reply" décortique, en alternant les points de vue, les balbutiements d'une relation entre un mécanicien et un commercial qui ne sourit jamais. Et enfin avec "NightS", l'auteure nous plonge dans une histoire passionnelle sur fond d'intrigue mafieuse avec une ultime scène à couper le souffle !
 
Si "NightS" et "Prism of feelings" ne semblent pas brillés d'originalités de prime à bord, "Reply", elle, pose des bases assez originales, une romance entre un mécanicien et un vendeur. Pour être honnête, c'est celle-ci que j'ai le plus apprécié.
 
Les deux autres ont néanmoins des qualités solides. La première mélange thriller et romance, et bien qu'elle soit assez courte, l'auteure a su me surprendre avec un twist final inattendu. De plus, le personnage de Masaki, énigmatique, a titiller mon intérêt jusqu'au bout. La deuxième histoire, racontant la naissance de l'amour dans un lycée, aura rapidement su dépasser son carcan en nous proposant une histoire d'amour, bien qu'attendu, sensible et criante de réalisme.
 
J'en viens maintenant à la dernière histoire de ce recueil, "Reply". Si je ne vais pas trop en dire pour ne pas vous spoiler, je vais néanmoins essayé de vous transmettre le pourquoi de mon amour pour ce récit. On y suit un mécanicien menant une vie banal, ne pensant que du mal des commerciaux de la concession où il travaille, du fait de leur apparente fainéantise et de leurs façons de traiter les mécaniciens comme des subordonnés. Néanmoins, sa rencontre avec l'un d'eux, Takami, va radicalement changer sa vision des choses, y comprit en amour.

Car il tombera amoureux de lui, bien que dans un premier temps il le lui cachera pour ne pas briser leurs amitié. Il en souffrira, et un jour il sautera le pas, non sans casse. Si dans la première partie de ce récit nous suivi Seki, le mécanicien, dans la deuxième nous auront le point de vue de Takami. Il nous livrera ses pensées qui jusque là étaient pleines de mystères, car ce personnage, bien que sympathique, est assez taciturne, ne laissant filtrer que peu d'émotions à travers son visage et ses paroles.
 
Le cadre étant original, les personnages, bien que l'étant moins, nous offre des réactions qu'on est peu habitués à voir. Kou Yoneda étant doué pour nous livrer un scénario et des personnages de qualités.
NightS
NightS

Concernant les dessins, ont retrouve la pate de l'artiste, reconnaissable entre tou(te)s et toujours agréable. Si on peut remarquer quelques petites différences entre les histoires, du fait de leurs dates de parutions, les graphismes restent néanmoins appréciables, nous donnant de beaux personnages de tout âges semblant parfois froids mais toujours attachants.

Je vous recommande chaudement cette œuvre. Kou Yoneda étant l'une des maitresse du boy's love, je vous invite grandement à lire ces histoires, à consommer sans modérations !

N'hésitez pas à vous abonner à la newsletters pour être tenu au courant de la sortie des prochains articles !

Merci d'avoir pris le temps de lire cet article, mangez du Kou Yoneda ! À bientôt !

Autres œuvres de l'auteure chroniquées : twittering birds never fly, Mon amour à tout jamais

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article